Enfin reçus par le docteur M. oncologue au CHU.. Ca été un entretien comme on les "apprécie" avec un médecin posé, réfléchi. Accompagnée de la puer du réseau (gestion des soins, coordination). Elle nous a confirmé qu’il était temps de rompre avec la spirale négative et dangereuse dans laquelle la prise en charge de Mathieu s’était engagée. Pour cela nous allons donc nous rendre dans un autre centre hospitalier, à savoir Trousseau à nouveau. Pourquoi ? Simplement parce qu’on "connait", l’oncologue (bien qu’en congés en août), une partie de l’équipe... même si Véronique ainsi qu’Elodie (l’une des deux) les infimières qui avaient fait une parite des soins de Mathieu sont parties, je crois . Mais pas grave. Les "lieux" sont connus...

Donc nous faisons les dernières séances de RT lundi et mardi... Nos "abeilles" viendront faire les injections de granocyte (et oui on recommence) et la petite prise de sang lundi. Ce sera la dernière avant... notre retour on ne sait pas quand.

Au minimum on fera 2 ou 3 cures sur place, et l’intercure aussi.

Puis on envisagera de revenir à la maison en intercure avec une liaison Trousseau/CHU/maison.

Et ensuite lorsque la confiance sera là, les automatismes aussi (et probablement que la période critique pour le CHU sera passée) on envisagera peut être cures et intercures à nouveau au CHU. Mais ça c’est pour plus tard...

Bien sûr mille questions d’organisation se posent, d’imprévus, de choses établies qui deviennent impossible ou obsolètes... Tant pis la priorité c’est Mathieu et son traitement. On règlera les "soucis" au fur et à mesure. Je n’ai pas oublié l’école notamment. Ca fait partie des préoccupations. On restera sur ce qui était imaginé sauf qu’au début la maitresse ne pourra pas venir voir Mathieu à la maison. Donc on verra comment on fera... avec l’aide de la maman de Mathieu qui restera à la maison avec Laura.

Pour le moment priorité bagages habits, jouets, papiers et documents divers, billets de train, transport médical sur place, soins infirmiers (granocyte et compagnie). Départ prévu mercredi. Payak, le papy de Mathieu qui était passé par là (presque par hasard) a déjà embarqué ce midi le plus lourd des affaires. La place dans le TGV est pas énorme.

Je n’ai pas encore réfléchi à tout (loin de là). Je voulais juste vous "annoncer" (ou confirmer) notre décision. Celle là est ferme.

J’ai oublié de parler de Mathieu dans tout cela. Son état semble stable mais les granocytes devraient l’aider. Il est content d’aller à Paris (enfin en banlieue chez ses grand parents). Il sait (même s’il l’occulte) qu’on ira aussi à l’hôpital pour faire les cures.