La nuit, il souffre, gémit, geint, se tord. Manifestement il a mal ça le réveille presque toutes les heures (et nous aussi). Au prochain passage au CHU on fera le point sur le traitement de la douleur. Le pire c’est que parfois on ne peut même pas le toucher, comme s’il avait des sensations de brûlure ou autre sur la peau.

Ce mardi, maman a repris le travail. Moi je suis encore en congé parental (pour la petite soeur Laura)... Heureusement sinon on aurait eu du mal. Même avec l’aide de la famille qui s’est organisée à tour de rôle pour venir, rester à la maison avec nous. Nous aider dans les tâches du quotidien... Ca aide !

Le soir le pédo-psy du CHU nous rend visite à domicile pour faire le point entre adultes. Utile certainement. Rien de transcendant n’en sort mais ça fait du bien quand même. Sauf qu’on aimerai bien qu’il voit notre petit qui manifestement a des souffrances morales et psy emmagasinées depuis 10 jours que ça a commencé !

On fait le point sur notre organisation, les règles de vie qui le cadrent. Bref la vie continue (cahin caha) !