Ce matin a marqué au réveil l’unique vomissement de la journée. Youpie ! Facile à dire après... A chaque repas, chaque bouchée... on se demande si ce n’est pas une de trop. Le poids qui a fortement chûté en 4 jours semble stable. On va dire que c’est déjà un point positif. A surveiller attentivement. Tout comme la température...

Ce matin a encore été coupé par le téléphone du coup j’étais un peu moins disponible pour Mathieu. Je sais, c’est mal... mais bon d’un autre côté c’est "pour la bonne cause", à savoir que la direction du CHU semble bouger un peu et c’est maintenant le DG en personne qui entre dans la danse. Ne manque plus que la présidente du CA (madame le maire de la commune) et on aura fait le tour des décideurs, outre la haute autorité de santé qui peut retirer les agréments et autres budgets.

Ce qui fait que j’ai prévu de me prendre quelques jours de "vacances" chez moi entre le 22 et le 27 août. Seul malheureusement, mais je suis sûr que quelques bonnes âmes auront pitié d’un mécréant esseulé ;-) J’en profiterai pour voir ledit DG le 26 avec une autre famille dont j’ai déjà un peu parlé. Le point positif c’est qu’il semble vraiment qu’enfin grâce à nos efforts, ce qui est resté lettre morte jusqu’à présent, commence à aboutir. Je le fais pour Mathieu, pour I. (et ses parents), pour tous les enfants dont les parents ne peuvent en ce moment exprimer leur inquiétude voire leur mécontentement. Je ne parlerai que pour nous, mais j’aurai en arrière pensée les petits (et grands) que j’y ai croisé.

Cet après-midi après une longue sieste Mathieu a pu jouer dans le jardin, un peu de ballon, de liseron arraché... bref les joies du quotidien. Ô miracle son papa a osé mettre le nez dehors... pas longtemps. Billet de train, organisation pour demain (notre matinée ou presque au CH local, histoire de faire le point sur le fonctionnement en plus de la NFS habituelle de Mathieu). Le quotidien reprend aussi ses droits...

Ca nous a pas empêché de se remettre à... la webcam pour quelques rigolades qui font bien plaisir. Gros bisous à nos interlocuteurs, cutrices plutôt d’ailleurs !