Sans coup férir nous poursuivons notre programme de lutte contre le cancer.

Ce matin, après être partis vers 10h30 de la maison, nous étions donc attendus par le docteur K dans la partie médecine nucléaire du CHU pour un premier scanner qui avait pour objectif de faire des repères pour les séances de radiothérapie (RT comme ont dit chez les initiés).

Je ne suis pas peu fier de vous dire qu’il a fait les 3 passages sans bouger et pourtant il était un petit peu inquiet. En effet, pour commencer à l’habitue aux séances de RT qui commencent dès jeudi, je n’étais pas présent dans la pièce mais en retrait dans le local de contrôle. Bien sûr je pouvais lui parler par micro interposé mais... c’était bien différent.

Ca été tellement bien que tout s’est terminé en un petit quart d’heure. Si bien que le petit bonhomme s’en est allé visiter la salle de RT qui nous attends dès jeudi. Un peu plus grande et plus impressionnante que celle du scanner. Là pas de vitre blindée mais un mur. Il a pu voir papa sur la table via les caméra à la place que j’occuperai lors des séances.

Si j’y suis autorisé, j’essaierai de prendre quelques photos histoire... de construire une trace en images.

Nous voilà donc de retour vers 13h30 à la maison. Pose de patch EMLA sur l’implantofix, papa prépare vite fait un repas que Mathieu mange sans trop de conviction... sauf les sucreries. Fin stratège ou inéluctable du traitement... difficile à dire. Mais bon c’est un autre sujet...

Et zou vers 14h30 ce n’est pas moins de une, non deux, en fait non, 6 infirmières qui débarquent dans notre petit salon tout cela pour se former au protocole d’utilisation de l’implantofix et de l’asepsie liée. Pour éviter de mettre de vilaines bactéries directement dans une veine qui mène direct au coeur. Je ne dirai pas laquelle a pris son courage à 2 mains gantées stériles pour oeuvrer devant ce parterre avec en plus moi pour mettre un peu de pression. Je m’aperçois qu’un salon n’est pas trop adapté pour ce genre de sports. Et sa chambre n’aurait pas contenu tout ce beau monde... J’y songe quand j’écris ces mots : que des filles ! Le contraire de la chanson. Où sont les hommeeuhhhhhhhhhhhhhs ?

15h30 fin des représentations, tout le monde nous laisse et pour petit pouyou c’est direction la sieste qui n’a que trop tardé. D’ailleurs ça sera l’occasion d’un joli sketch de stress et de fatigue conjugués... jusqu’à ce que le marchand de sable ne passe...


Le repos bien mérité en attendant les résultats de la NFS.