La nuit a été longue et pénible. Surveillance régulière (prise de tension, de température, puis pose d’électrodes pour un suivi cardiaque) donne un sommeil haché et pas très efficace. Même en pédiatrie, un hôpital c’est bruyant... En plus les sonneries, bips divers stressent énormément Mathieu.

Mais bon visiblement ça semble aller un peu mieux. On se promène un peu dans le service, salle de jeux... On joue aux cartes... Mathieu apprend à jouer aux dominos et découvre les cartes (le jeux classqiue à 51 cartes). Toujours du Zophren. Pas très faim, en fait pas faim du tout. Pas de chance dans cet hôpital, les repas sont plutôt fait pour des adultes et pas très bons (pas très appétissants non plus). Ca n’aide pas.

Le soir la température monte...

1h30 la fièvre est montée (38,8) prise de sang. Pas de patch anti-douleur, pas de masque (avec le gaz hilarant) papa et deux infirmières sont obligée de ligotter Mathieu pour pouvoir y arriver. Il n’en veut pas il rale pleure crie. L’angoisse.