Pour changer, on va parler geste "invasif" quasi quotidiens (selon les périodes) pour Mathieu et faire appel aux expert(e)s...

Pour mémoire, l’injection de GCSF, ou Granocyte 13 (13 étant une quantité de facteur de croissance) se fait par voie sous-cutanée à raison d’une injection par jour pour les enfants en aplasie neutropénique dans certaines situations...

Dans la pratique le "kit" se présente sous la forme notamment d’une seringue de 1 ml + une aiguille stérile de 16 mm (de longueur). Cet kit n’est pas spécifique à la pédiatrie et est donc utilisable pour les adultes comme pour les enfants (cf ici).

Malheureusement, malgré l’utilisation systématique d’un patch EMLA, posé 1 heure avant, Mathieu a souvent très mal pendant les injections. Je ne saurai quantifier mais c’est plus d’une fois sur 2. Il faut rappeler que ce type de patch n’insensibilise que jusqu’à 5 mm... et encore à condition pour cette profondeur de le laisser au moins 2 heures. Or à ce délai, Mathieu fait une réaction allergique...

Bien sûr j’ai observé les différentes techniques des infirmières (qu’elles me pardonnent). Que ce soit à 90° ou à 45° ne change rien, la technique du pli est (évidemment) maîtrisée, c’est à dire ne pas pincer le muscle mais juste faire un plis de peau... La plupart (toutes ?) insère l’aiguille à fond. Bref en gros toujours la même technique à la variante de l’angle près, mais avec pourtant des douleurs importantes. Du coup Mathieu a tendance à s’y opposer de plus en plus... et nous ne sommes à peine qu’à la moitié du traitement....

Alors je cherche à comprendre (faute d’autre chose). Et j’ai pensé aux petits diabétiques qui ont des injections S/C tous les jours (pas tous)... J’avais entendu parler de micro-aiguilles, d’auto-injecteurs etc... J’ignore si c’est efficace, compatible avec le Granocyte, si ça présente un réel intéret etc.

Cela dit à la lecture de ce document, on peut constater (là il s’agit d’injecter de l’insuline, mais il s’agit bien de le faire en sous cutanée) qu’il est recommandé pour les enfants (sans surcharge pondérale) une aiguille de 5 ou 8mm et non pas de 16 !!!

Ce qui peut éventuellement expliquer sensibilité chez le petit pouyou. On évite peut être que l’injection devienne une IM (involontaire), mais par contre la zone d’injection est peut être plus ou moins sensible surtout qu’à cette profondeur la lidocaïne de l’EMLA n’a pas d’efficacité... et là ça pourrait (notez bien le conditionnel) bien expliquer la douleur plus ou moins sensible au site d’injection.

Bien sûr on ne peut pas nier l’existence de facteurs psy sur le moment et la situation, mais je crains fort que cela ne soit pas une réponse suffisante vu la douleur exprimée et la tolérance à la douleur des enfants subissant des chimio, dont Mathieu.

Bref si des pros ou des mamans expérimentées (ou les rares papas qui passent) ont des conseils, des documents de référence, des recettes je ne sais... n’hésitez pas !