L’histoire de notre petit pouyou ne commence pas avec cette maladie bien heureusement, mais pour le moment c’est ce qui nous (pré-)occupe beaucoup.

  • Tout a commencé pendant des vacances parisiennes, samedi soir dernier. Notre petit garçon nous a appelé en pleurant car son pipi était tout rouge (de sang). Ça lui a fait très peur ! Un coup de téléphone au centre 15 et le voilà parti pour la clinique de proximité. Le médecin l’examine et... apparamment d’urgent. Il nous recommande de faire des examens dès le lundi matin... Cependant ça inquiète tellement la maman qu’il les renvoie vers les urgence du centre hospitalier voisin. Déjà 23h00 c’est tard pour un petit garçon qui ne se sent pas bien et qui est très fatigué... Tant pis en route. Quelques longues heures d’attente et enfin l’interne de garde se penche très (trop ?) rapidement sur son cas vers 2h30 du matin. Verdict : rentrez chez vous et rappelez le 15 s’il a de la fièvre ou d’autres symptômes particuliers. On ne va pas faire une échographie pour vous rassurer !
  • Dimanche se passe tant bien que mal. Le petit est fatigué, manque d’appétit (ce qui ne lui est jamais arrivé).
  • Dans la nuit de dimanche à lundi, douleurs localisées, température et re appel au centre 15. Finalement vers 7h30 une ambulance du SAMU vient le chercher pour l’emmener aux urgences (du même hôpital). Malgré les boxes vides, on attend sur les fauteuils en plastiques pas adaptés du tout pour un enfant qui veut dormir. Finalement en fin de matinée l’interne (le même que celui de la veille !) se décide à demander une échographie. Après de multiples relances (45 minutes plus tard) il daigne enfin téléphoner pour la demander réellement. L’écho semble manifestement pré-occupante : une tâche sombre... un hématome ? Est-il tombé récemment ? S’est-il fait mal ?... Non... pas vraiment... direction le scanner (outre les prélèvements d’urine et autres).
  • Une grosse tâche pas normale... nous dira plus tard dans l’après-midi la pédiatre de service. Entre temps Mathieu est accueilli dans une chambre en service de pédiatrie. Au téléphone, papa qui est resté à la maison est inquiet. Il a consulté Internet dès samedi soir et même si une infection urinaire semblait étrange, il a l’impression que ce n’est pas ça... Il est déjà tard, rejoindre Paris, 900 Km, le dernier TGV est déjà parti. Tant pis ça sera en voiture pendant la nuit... Il pleut, temps pourri pour traverser le massif central, en plus pas de chance les autoroutes sont en travaux sur de très longs tronçons. Pas grave ça fait passer le temps, car le lendemain, mardi, la pédiatre a décidé de transmettre les documents à des spécialistes de néphrologie (ce qui touche au rein) pédiatrique...
  • Mardi après-midi, papa et maman sont avec le petit pouyou (Mathieu de son vrai nom). Pendant la sieste, la pédiatre les extirpe de leur sommeil pour les voir. Elle a la tête des mauvais jours...
  • Votre enfant a un néphroblastome (une tumeur maligne du rein), un cancer...[Consultez les liens si vous souhaitez en savoir plus sur cette saleté]. Elle nous explique du mieux qu’elle peut. Nous on est... sans mots... sans voix... Demain on ira à Paris (à l’hôpital Trousseau) voir une équipe spécialisée qui fera le point avec nous...