J’écris ce billet bien avant que la cure n’ai débuté. Je ne sais pas par où commencer... alors je vais tenter l’approche chronologie.

Médical

Tout d’abord, tout s’est déroulé au poil depuis notre arrivée. Je ne dis pas qu’on n’a pas attendu, la question n’est pas là (ça n’est plus un soucis depuis 10 mois) mais que ça a roulé. Edith l’infirmière est venue rapidement brancher Mathieu, Erika l’AS (super pro) est passée pour la partie "restante", Mathieu a eu à manger rapidement (quand on se lève très tôt c’est toujours un soucis)... la radio est passée dans sa chambre (mobile). On a croisé au même moment l’inestimable docteur A. qui nous a dit qu’elle passerait dès qu’elle aurait eu le cliché et le temps de l’analyser.

Chose dite chose faite, comme toujours avec le docteur A., vers 14h30 je la vois arriver accompagnée d’Agnès (qui était en train de manger dans le salon des parents) et qui manifestement lui avait déjà donné quelques éléments ; ca inutile de vous dire que nous étions sur les dents tous les deux dans l’angoisse des résultats de ce premier cliché. Vous aimez le suspens ? je le fais durer un peu ? en même temps si la nouvelle avait été mauvais le titre et le ton s’en saurait senti. Globalement on va dire que le cliché montre un "bon" résultat. Si j’ai bien compris, il n’y a presque plus rien à gauche (je parle des métastases dans ses poumons), et à droite, notamment là où il y avait une grosse métastase ça a diminué. Ceci malgré les différents temps de latence, inéluctables à la fois pour réfléchir et faire les bilans nécessaires (pré-cure) et à la fois pour que son corps récupère (aplasie).

Il semble qu’il ait une "petite affection bronchique" visible à la radio, ce qui corrobore bien la toux qu’il traine depuis quelques jours, semaines même. Du coup il continue les antibiotiques et le traitement de corticos par aérosol.

C’est donc une bonne nouvelle, mais très loin d’être gagné, très très loin. D’ailleurs le docteur A. nous a relancé pour le typage HLA, en vue d’un éventuel besoin d’allogreffe (pour dans plus tard).

Plaisir

Bien que scinder les deux (médical/plaisir) ne soit pas intentionnel, finalement il y a un peu de ça aussi. L’un ne va pas sans l’autre pour le moment.

Donc un bonheur ne venant jamais seul nous avons eu l’agréable visite de Tonin et de sa maman, venus eux aussi pour voir le docteur A. bien sûr, mais aussi pour jouer. Au moment où j’écris ces lignes, ils sont encore en consultation, la récré sera après !

Mais j’ai eu le privilège de déjeuner avec Sophie et Tonin dans le salon des parents. Tonin bien qu’après chimio donc très pale, a été extra toujours plein de répartie et d’expressions très singulières dans la bouche d’un petit bonhomme, pardon d’un grand champion !

Dans le second plaisir, le docteur A. a été très positive quant aux photos de Mathieu et Tonin notamment (sur le blog)... du coup... ça veut dire... que j’ai la pression :-) Je ne peux plus dire/écrire de bêtises ! [1]

Le coin mauvaise humeur

C’était avant que je ne lise des nouvelles de Valérie (et de Clémentine). Inutile de vous dire ici ce que je pense de ceux de mes collègues qui se retranchent derrière leur téléphone (en face c’est jamais le même discours) et les méandres administratifs pour cacher leur lâcheté et leur manque de courage. Surtout pour prendre des décisions et tenir des propos discriminatoires et définitivement honteux.

Post-scriptum

Pour les photos, je m’en occupe ce soir.


[1] Je plaisante, j’ai parfaitement confiance en elle.