Parmi les choses qui ne changent pas trop lorsqu’on a des enfants (en bas âge en tous cas) c’est le rythme cadencé des choses.

Vendredi donc... après une nouvelle nuit très animée : Mathieu et ses réveils réguliers (hyper-hydratation), alarmes des pompes, appels de son voisin Antoine qui souffrait vraiment beaucoup et qui a bénéficié progressivement de tous les paliers existants des traitements antalgiques... réveil à 6h00 (pour moi) avec le passage animé de l’infirmière de nuit fort bruyante (malgré elle on dira). Du couip, poru tuer le temps, j’en ai profité pour faire... du ménage (dans le salon des parents) !!! Et oui il y a vraiment quelques cochons parmi nous et c’est le petit côté péniblo-anecdotique du quotidien. Puis après le réveil de Mathieu, le passage de l’infirmière du matin très sympa (toujours pas la mémoire des prénoms) nous étions fin prêts vers 9h45, Mathieu débranché, ordonnances de sortie et autres PMT prêtes. Comme nous avions été prévenus tardivement de la sortie la société d’ambulances n’avait pas d’équipage disponible le matin... heureusement Payak a pu venir nous chercher. Bref nous sommes arrivés chez eux vers midi, pile poil pour une premier déjeuner à la "maison". Mathieu, certes après un petit vomissement, a mangé. D’ailleurs, parmi les changements que j’ai pu constater lors de cette cure : je n’ai pas eu le droit au couplet "je suis à l’hôpital donc je ne mange pas". Les quantités avaient de quoi effrayer la plupart des parents responsables mais pour moi chaque bouchée gardée reste un exploit dans cette période. Je pense que Mathieu a été très nauséeux mais qu’il "prend sur lui" et fait d’énormes efforts pour manger.

A l’arrivée nous avons retrouvé Agnès et Laura qui étaient, comme d’habitude, arrivées la veille au soir. L’après-midi a été consacrée à la sieste de Mathieu qui outre des cernes monumentales, avait quand même très mal dormi les jours précédents (entre les siestes raccourcies, les nuits en vrac, les grands voisins et leurs visiteurs...). Bref une sieste qui a bien duré jusqu’à 18h30 (largement plus de 3 heures) comme souvent après les cures.

Le temps pour nous d’organiser la journée de samedi... sur le pouce :-) Car oui tout est fait après la dernière minute comme chaque fois.

Samedi au programme : journée chez papy Claude pour les enfants, pendant que nous nous sommes accordés une après-midi pour fêter le terrible anniversaire d’un ami de 20 ans (non ce n’est pas son âge le pauvre !).

Rien n’a vraiment transpiré de la courte journée des enfants chez leurs "autres" grand-parents, mais ils semblaient contents et souriants l’un comme l’autre (fatigués aussi).

Retour vers 22H00, enfants ramenés chez Payak pour cause de retour de Laura et sa maman très tôt le dimanche matin (valises, repas, etc à organiser !).

Ce dimanche matin, j’ai vainement tenté quelques activés scolaires avec le petit pouyou mais très nerveux et très excité, la concentration n’était pas au rendez-vous. Il s’est quand même appliqué à se dessiner en compagnie de Mimi (son doudou), pour illustrer son cahier de vie.