Voilà un truc que j’ignorai totalement avant d’y être confronté... On va dire surtout que je n’y avais pas réfléchi. Je savais bien qu’il fallait avoir une attitude protectrice envers les malades pour ne pas leur transmettre des infections qui pourraient être graves pour eux. Du type : VRS ou ses amis (les virus du "rhume") ou autres gastroentérites (virales ou non d’ailleurs)...

1. Bases de la chimiothérapie

En fait c’est beaucoup plus simple que cela. La plupart des chimiothérapie visent à empécher la "reproduction" des cellules. En effet, les cellules cancéreuses ont entre autres la facheuse tendance à se multiplier à grande vitesse. Ainsi, on bloque le développement des tumeurs et on "attend" que les autres cellules meurent (elles ont une durée de vie aussi).

Le petit soucis là dedans c’est qu’évidemment nos "bonnes" cellules se "reproduisent" (je préfère renouvellent) aussi. Parmis celles qui se renouvellent rapidement (moins que les tumeurs) : les cellules de la moëlle osseuse, celles des poils et cheveux, etc.

Or la moëlle osseuse produit des éléments essantiels pour nous (beaucoup plus que les poils à vrai dire), notamment :

- les plaquettes,

- les globules rouges,

- les globules blancs.

Donc, la baisse de la production de la moëlle est une question de temps. Bien sûr pendant les cures il y a un suivi de la numération sanguine pour controler notamment ces facteurs. Mais la baisse générale est inéluctable.

2. L’aplasie (médicamenteuse)

Résultat, outre la fatigue liée à l’anémie (baisse/absence des globules rouges), l’aplasie (baisse/absence des globules blancs) guette ! Qui dit baisse dit faible capacité du corps à se défendre contre les aggressions du quotidien. Et là il ne s’agit pas de la pub idiote de Danone pour son produit laitier. Non il s’agit de survie. La moindre infection, le moindre virus peu devenir un cauchemard dans ces conditions.

3. Conséquences et organisation

Malheureusement, notre alimentation est en partie porteuse de germes, de bactéries (et parfois de virus) qui deviennent dangereux pour un malade et aplasie ou s’approchant de l’aplasie.

Du coup, on doit faire attention à tout :

- la nouriture doit être "propre" (mais pas au sens commun) comme indiqué ici par exemple,

- l’environnement aussi doit l’être (chambre, draps, jouets, doudous, salle de bains, etc.)

- les visiteurs, les proches doivent faire attention... sauf qu’allez donc mettre un masque à un bébé de moins d’1 an ! Lavage de mains, masques etc. Evidemment pas de contact avec une "collectivité" (ce qui est parfois compliqué lorsqu’on se rend dans un hôpital, en VSL, avec d’autres malades...)

- d’autres trucs auxquel je ne pense même plus....