Je sais mes titres désopilants sont d’une platitude inquiétante ! Ne vous fâchez point car tout cela nous laisse pensifs (Mathieu et moi). D’ailleurs à cette occasion Mathieu a voulu vous montrer la tête de concentré :


Hein ça vous fait réfléchir à deux fois avant de trop vous concentrer !

Toujours est-il que l’infirmière "volante" (ou du pool de remplacement sans jeu de mot avec l’animal homonyme) de la semaine dernière est venue pour faire la NFS aujourd’hui. J’ai longuement hésité ce matin avant de mettre le patch sur l’implant. Les bleus de la veille n’étant pas si énormes je me suis dit qu’on éviterai peut être la transfusion. Ceux qui ont vu le bilan ce midi savent déjà que je me suis encore trompé (sapristi !).

Ce matin Mathieu a joué avec Mimo pendant que je réglais quelques détails avec la HAS concernant le CHRU. La pauvre infirmière que j’ai eu est tombée des nues au fur et à mesure de ses questions, pourtant habituée aux situations très épineuses...

Vers 11h30, une fois n’est pas coutume, j’ai reçu apr fax le bilan du matin. Appel au CHI qui me fait patienter pendant qu’une interne prend en charge le dossier. Finalement, au bout d’une heure verdict transfusion de plaquettes, commandées pour l’après-midi. Vite le temps d’une sieste très courte pour Mathieu avant que l’ambulance n’arrive (sieste entre 13h30 et 14h20). On enchaîne direct au CH où l’on a retrouvé le service de pédiatrie générale à l’asepsie plus que déplorable... mais au personnel très sympa. On a croisé Sylvain l’infirmier de cet été qui est venu faire un coucou en quittant son service.

Nouvelle infirmière, CTS qui a du retard dans la livraison (1h) bref on démarre vers 16h00. Polaramine IV bien sûr, sans oublier la pose de l’aiguille par une infirmière qui n’a pas trop l’habitude (même si elle maîtrise le geste) du coup fin vers 17h30. L’ambulance est à l’heure. Même équipage qu’à l’aller (l’ambulance enfumée). Cette fois je n’ai pas résisté pour leur dire que leur véhicule puait la cigarette et que c’était très limite. Ça a un peu refroidi l’ambiance (déjà glaciale), surtout que la seule solution c’est que j’ouvre ma fenêtre (celle de l’accompagnateur à l’arrière). Bref bruyant tout le trajet. Je pense appeler le patron demain pour en parler parce que bon là ça va... J’ai pas de chimio moi, mais moi aussi ça me donne la ger.. leurs "vapeurs"...

Le départ a été un peu difficile car Mathieu a été un peu irascible. Normal avec une journée fatiguante sans sieste ou presque et en plus il n’était pas très content que je discute avec l’infirmière plutôt qu’être 100% corps et âme pour lui...

On a enchaîné dès l’arrivée avec les rituels du soir... car la fatigue se fait vraiment sentir...